M.1

Auteur·e·s de l'entrée de carnet
Date de publication de l'entrée
Carnet référent
Image
Légende / Description

Crédits: Alexandros Tzortzis (Instagram: @alexandrostzortzis)

Dans la lune de tes yeux
Je suis restée
Longtemps
Aujourd’hui mais hier et avant
À travers mes lunettes (très grandes qui me facilitent l’abandon à tes étoiles perses)
Je suis tombée
Dans la lune
De tes yeux
Tu en as tellement
De yeux
Qu’ils deviennent
La lune.


Depuis trois ans
Tu m’enseignes entre les coutures
Tu me couvres le corps d’épaisses couvertures grises
Tu poses des planètes au cœur de mon sacrum
De tes mollets, creuses mes hanches
M’enlaces aux endroits qui attendent
J’en souris humide et tu me manques pour demain.


Ce midi
Dans la lune de tes yeux mouillés
On s’est toutes nues baignées
We keep in touch you say
In many ways
We came together we came across a yoga mat
Shelter eyes moonlit candles round-about-arms
Dans le trou du dîner ont pulsé trois années
Entre les verres de mes lunettes qui me font belle comme un cœur tu dis
On s’est abandonnées.
Je dois retirer les verres pour qu’ils ne glissent pas dans supta adho mukha
Mais les retenir pour tomber dans la lune de toi.


Tu pars tes mers vertes me bercent encore
En attendant le ressac on se baigne de yeux, sur les berges de la vie accélérée qu’ensemble on a toujours mise sur pause.


Ce midi on a courbé
Sous la caresse des grands fleuves
Toutes près des fleurs qu’on a arrosées de nos mots de nos pleurs
On leur a prêté nos larmes pour grandir
Pendant qu’on allait partir
C’est pour ça qu’elles sont restées dans nos yeux
Les larmes
Pour que les fleurs grandissent quand on ne serait plus là pour y être.


Vers la fin du cycle lunaire ma main s’est étendue sur ta tempe
Il y avait là quelque chose de nécessaire
À la naissance de tes cheveux fous l’eau a coulé entre mes doigts une eau lunaire dont on ne connait pas encore le nom
De la lune on sait les cratères et les vents, personne n’étudie encore ses rivières
Elle porte une mer secrète elle charrie maintenant ton visage
Tes yeux porteront la lune pour toujours je m’y balancerai quand j’aurai peur, soif, et la tranquillité.

Autres entrées du carnet
Catherine Anne Laranjo
Tu t’assois derrière un bureau d’école dessus tu déposes le bout de tes doigts de fille
Catherine Anne Laranjo
Ce moment, le pincement de tes mots, ton naturel en les disant tu y croyais.
Catherine Anne Laranjo
Elle prend ses efforts pour des larmes elle les attrape du bout de la langue