Matières à inquiétude

Qu'est-ce qui nous inquiète? Climatoscepticisme? Cispatriarcat? Masculinité toxique? État policier? Disparitions? Ou plus simplement la fiction, dans sa capacité à tout créer et à tout détruire à la fois?

Présentés au cours d'une journée d'étude au département de littérature de l'UQAM au printemps 2018, les textes du cahier Matières à inquiétude découlent d'une interrogation sur les modalités d'apparition de l'inquiétude dans le processus de création littéraire. Les participant.e.s étaient invité.e.s à réfléchir à leur propre pratique, ainsi qu'au conflit productif qui accapare les lecteur.trice.s devant des objets littéraires inquiétants.

Les textes présentés ici sont issus d'espaces instables de parole, qui mettent en pratique la porosité des frontières de la fiction et les approches mystificatrices que celle-ci encourage. À mi-chemin entre l'essai et le texte de fiction, les propositions génèrent des pratiques narratives qui n'ont ni comme projet de rassurer, ni comme souci principal de raconter. Elles cherchent plutôt à orchestrer, de manière ludique, un inconfort qu'elles s'assurent de transmettre à travers leur aspect déroutant, non fiable, voire dysfonctionnel sur le plan du récit.

Issu du séminaire du même nom donné par Cassie Bérard (UQAM) à l'hiver 2018, Matières à inquiétude regroupe les diverses manières dont les étudiant.e.s ont interrogé les formes et les fonctions de l'inquiétude, plus particulièrement sa place au sein de la fiction narrative et de leur propre pratique d'écriture.

Pour citer

2019. Matières à inquiétude. Cahier virtuel. Numéro 6. En ligne sur le site Quartier F. http://quartierf.org/fr/cahier/matieres-inquietude

Cato Fortin
Comme il est douloureux de voir tous ces corps débordants de plaisir et de m’y retrouver absente.
Mathilde Gauthier
Clamer que nous ne vivons pas dans la fiction, c’est peut-être simplement s’enfermer dedans.
Alec Serra-Wagneur
C’est quelque chose qui ne m’est pas arrivé souvent: rester si longtemps habité par une œuvre de fiction.
Florence Tétreault
Il suffit d’ouvrir un des corps pour en trouver un autre à l’intérieur.
Esther Laforce
Devant ton crayon ou ton clavier, tu ouvres le temps. L’heure vient de convoquer les fantômes.
Jean-Pascal Bilodeau
Détester la police n’a rien d’un sport ni d’une manie.
Si Poirier
Quelque part au milieu, ça bouge, c’est instable, ça cherche, ça creuse.
Marie-Hélène Racine
On se cachait là-dedans pour se découvrir la bouche avant que la cloche sonne. On était des enfants.